Restructuring Task Force : quand le conseil indépendant s’engage pour le sauvetage d’entreprises françaises

J’ai récemment échangé avec Stéphane ROUSSIER, Consultant et Manager de transition spécialisé dans le Restructuring ayant une riche expérience dans le domaine : ancien conseil auprès de Dominique Strauss Kahn quand celui-ci était à Bercy, il a dirigé de nombreuses sociétés et a même créé un fonds d’investissement spécialisé dans le retournement. Stéphane accompagne aujourd’hui les dirigeants et les actionnaires dans les phases de transformation de l’entreprise, en recherchant les solutions opérationnelles et financières permettant un redéploiement rapide et vient de lancer un nouveau projet d’une actualité brûlante : la Restructuring Task Force (RTF). Un projet à la fois ambitieux, utile et qui montre ce que le conseil indépendant peut donner de meilleur.

Revenons d’abord sur quelques éléments de contexte. La crise sanitaire a évidemment plongé de nombreux secteurs dans des difficultés économiques importantes. Toutefois on constate peu d’augmentations des dépôts de bilan pour l’instant. La raison en est assez simple : les prêts garantis par l’Etat (PGE), le report des charges sociales et les montagnes d’aides diverses octroyées par l’Etat ont en quelque sorte mis la trésorerie des entreprises sous cloche, risquant au passage de multiplier le risque d’entreprises zombies. Pour autant les difficultés et les besoins de transformation qu’elles engendrent restent bien réels et il faudra bien s’atteler tôt au tard à la nécessaire restructuration dans les entreprises concernées. Les professionnels des entreprises en difficultés (avocats, administrateurs judiciaires, conseils spécialisés) s’attendaient à une forte hausse des procédures engagées auprès des tribunaux de commerce au printemps 2021. Il est cependant probable que la prolongation des dispositifs comme les PGE retarde encore l’échéance.

C’est dans ce contexte que le projet de RTF prend tout son sens. Si les pouvoirs publics ont jusqu’ici assuré le maintien en vie des entreprises en difficulté via des financements (quasi) publics, RFT propose aujourd’hui aux dirigeants d’entreprise et aux décideurs publics de s’attaquer concrètement aux racines du problème en lançant des plans de transformation absolument indispensables à la survie de nombreuses PME et ETI françaises. Ces mêmes entreprises qui sont absolument vitales pour le tissu économique français, a fortiori dans les territoires. Certes RTF n’est pas la seule offre de conseil en restructuring qui existe sur le marché, mais ce qui m’a marqué au cours de mes échanges avec Stéphane ROUSSIER c’est le caractère fondamentalement innovant de la démarche que je pourrais résumer en trois mots : collectif, utile et éthique. En détail voici les éléments qui m’ont paru intéressants dans la démarche :

  • Collectif : au lieu de vouloir développer une pratique personnelle, Stéphane ROUSSIER a dès le départ pris le pli du collectif d’indépendants, misant sur la complémentarité des expertises (RH, Finance, Communication, Juridique, management opérationnel …) tout en offrant à travers RTF un guichet unique aux décideurs et dirigeants. La force du collectif permet également de mutualiser les efforts commerciaux et de miser sur une forme d’intelligence collective.
  • Utile : Dès le départ, la vocation de RTF a été d’offrir une solution directement activable aux dirigeants d’entreprise le cas échéant par le truchement de la puissance publique et notamment des commissaires au redressement productif en régions, mais également des syndicats et associations professionnels et fonds d’investissement. C’est un projet qui porte haut la notion d’intérêt général. Et la dimension du retour sur investissement pour l’entreprise n’a pas non plus été oubliée : sur chaque brique fonctionnelle proposée (les modules ainsi qu’il les appelle) , le nombre de jours de mission est fixé, un tarif journalier négocié est imposé quel que soit le module et quel que soit l’intervenant, de façon que le contenu détaillé et le coût de l’intervention soient définis en amont. Aucune surprise !
  • Ethique : sans vouloir polémiquer, ceux qui connaissent le restructuring savent qu’il y a parfois des comportements ambigus de la part de certains intervenants. Là les choses sont clairement affichées : la charte éthique du réseau RTF encadre l’esprit de la mission et proscrit notamment toute tentative de « prédation économique » ou de création de « dépendance » dans la durée. L’acceptation de la charte est un préalable pour tout consultant souhaitant rejoindre le réseau.

En résumé ce projet montre ce que le conseil indépendant peut avoir de meilleur : un haut niveau de qualité d’exécution (rappelons que les consultants indépendants et les boutiques de conseil ont bien souvent un niveau de séniorité des intervenants supérieur aux offres traditionnelles de conseil), une éthique professionnelle forte et une démarche qui intègre le sens de l’intérêt général. C’est ce qui rend ce projet de RTF si innovant et si inspirant. Et les consultants indépendants ne s’y trompent pas : RTF reçoit en ce moment plusieurs dizaines de candidatures par semaine pour rejoindre le réseau. L’avenir dira si la dynamique collective dont se porte aujourd’hui garant Stéphane ROUSSIER peut fonctionner à grande échelle (notamment au travers d’entités régionales pour être au plus proche de chaque entreprise) mais je pense que ce type de projet va participer à une transformation profonde du conseil en restructuring pour les PME et ETI françaises.

Commenter